jeudi 27 août 2009

PETIT BILLET DU MIDI JOLI


Une fois n’est pas coutume, je vais faire un peu de promotion sur ce blog.
Pas pour moi, on s’entend, mais pour certains talents encore un peu trop cachés à mon goût.

C’est sans doute une de choses qui me fait apprécier de vivre ici, pouvoir sortir du boulot et le soir, rencontrer des scénaristes inspirés, des baladins facétieux ou encore des rockeux au cœur de pierre qui roule.

Alors cliquez sur "Log out", et sortez un peu, oubliez vos amis virtuels quelques heures.

Notez, je n’ai rien contre, prenons-le au hasard, Mark Daumail, bien au contraire, avec qui j’entretiens autant de relations qu’Elton John avec une Pussycat Doll en string.

Vous me direz, quel est donc l’intérêt d’avoir accepté la moitié de Cocoon dans son réseau facebook ?

Aucun. Sinon d’apprendre que hier, il a mangé de la pizza 4 fromages, déclenchant par la même une vague de réactions admiratives telles que :
- Quel choix judicieux, tu as raison, la quatre fromages c’est vraiment la meilleure.
- Lol.
- Mdr.
- Triple lol ptdr puissance 4.
- Si tu veux, je m'apporte en dessert.

Et je peux ainsi découvrir, heure après heure :
Mark Daumail est malade.
Mark Daumail mangera une pepperoni finalement.
Mark Daumail mangera une pepperoni devant bonsoir les zouzous.
Mark Daumail aime les gros seins.
Mark Daumail mangerait bien une pepperoni sur le dos de Samantha Fox.
Mark Daumail va faire pipi.

Inutile de préciser que le dernier statut donnera également lieu à une myriade d’interventions toutes plus pertinentes et spirituelles les unes que les autres telle que : "C pas vré moi aussi C ouf lol mdr kikoo lol et tu fais combien de mètres ?"

Au passage, Cocoon m'a fait me rappeler pourquoi je n'écoutais plus la radio.
Parce qu'entendre dans la voiture l'intro de Chupee seize fois dans la même journée à chaque changement de station, ça a le don de me faire abhorrer tout enchaînement de Sol-Mi mineur-Si mineur au ukulele pour un moment. A croire que broadcasteurs n'ont pas encore compris qu'il n'était pas bon pour la musique de l'user jusqu'à la lie, au risque de produire l'exaspération chez l'auditeur jadis sous le charme. I guess I should take off. Un bel exemple : Le sublime Hallelujah de Buckley, parachuté titre mainstream, le scotchant dans le lecteur mp3 de prépubères qui n'ont aucune idée de qui peut être Leonard Cohen.


Bref, je m’éloigne du sujet de ce billet.

Je n’évoquerai pas les Make The Girl Dance, qui n’ont plus besoin de publicité depuis qu’ils ont transposé mon DJ chez les nudistes rue Montorgueil.

J’ai déjà eu l’occasion également de vous parler de
Nerval et de ses talents d’écrivain (allez lire ses chroniques londoniennes ou encore ses billets made in USA), ou encore de Colin, dont le long-métrage, Ouvert 24/7, sortira très prochainement sur les écrans.

Je peux en revanche vous conseiller d’aller voir Tailleur pour Dames.
Vous y verrez Henri Six, ma petite perle belge, qui porte littéralement ce Feydeau – or, je ne suis pas très cliente de Feydeau. Faites-moi confiance, il va devenir une référence!

Et puis ensuite, je vous envoie rencontrer La Mort en échec.
Il était une fois Caroline Anglade, une jolie blonde pleine de peps (en alternance avec Marie Lelong, tout aussi pepsy) en froid avec Franck Jouret alias son bêcheur de mari. Il ne voulaient plus du tout vivre heureux et en aucun cas avoir d'enfant, chien ou 4x4. Il était une fois La Mort (prénom : La , nom : Mort), jouée par un certain Florent Chesné vrai performer déjanté et électrique, en alternance avec Rui Silva, tendre benêt à la faux pas vraiment brute. Il était une fois une étrange soirée orageuse, qui va mettre sur la route d'un couple à la dérive une Mort complètement allumée. Foncez, et vos abdos vous remercieront de cette séance de rire non-stop!
Tout cela dirigé par le non moins talentueux Olivier Maille, auteur-metteur-en-scène-emmerdeur devant l’Eternel, Eternel dont il sera d’ailleurs sujet dans une autre de ses pièces qui revient à la rentrée,
Sortie de route, où vous pourrez rendre visite à un Saint Pierre Khorsand complètement allumé, extra-terrestre auréolé sous LSD , également à surveiller de près car croyez-moi, tous ces jeunes et beautiful people iront loin !


Et puis quand vos oreilles auront soif de musique, vous pourrez aller écouter le petit Jérôme Lifszyc
, compositeur-arrangeur musical et interprête de talent, un peu dingo, un peu d'Ingres, surveillez son myspace !





Une fois rentrés chez vous, reposez vos mirettes sur le verbe de la pétillante
Pénélope, reine du jeu de mot et nouveau talent des ondes !


Enfin, endormez-vous au doux son de
Darko Fitzgerald, qui s’est offert le luxe, excusez du peu, de jouer les ambiances sonores du dernier clip de promotion Louis Vuitton.
Fermez les yeux, et écoutez cette douce brise qui semble venir du mouvement d’une balançoire un soir d’été. C’est léger, c’est délicat, c’est chaud, c’est Darko.



3 commentaires:

  1. Moi non plus je ne supporte plus Chupee, mais c'est sur les "hello, hello, hello" que je fais une fixette... comment te donner envie de péter ton autoradio !

    RépondreSupprimer
  2. Haha graaaave!
    Tu as raison ce sont les "Hello, hello" qui tapent sur le système au bout d'un moment, alors qu'à la base j'adorais!

    C'est aussi pour ça que je boycotte M6, parce qu'à mettre Cocoon et Darko dans toutes leurs BO d'émissions, ils en enlèvent tte l'essence!

    RépondreSupprimer