mercredi 3 août 2011

Jean-Michel, Sylvain et les Corinthiens.


Father O'Neil: And now for our next reading I'd like to ask the bride's sister Gloria up to the lectern.
John Beckwith: 20 bucks, First Corinthians.
Jeremy Grey: Double or nothing, Colossians 3:12.
Gloria Cleary: And now a reading from Paul's first letter to the Corinthians.


Wedding Crashers.



Je repense inlassablement à cette réplique lorsque dans les mots du témoins j'entends les cuivres qui résonnent et les cymbales qui retentissent. "L'amour est patient, il est plein de bonté".
D'une cérémonie à l'autre, les homélies se montrent plus ou moins ancrées dans la réalité.
"La famille est éclatée. On vit ensemble avant le mariage [horreur!] parfois entre hommes ou entre femmes [damnation!]". "Il vous en faudra de la patience lorsqu'il [ou elle?] rentrera saoul à une heure du matin [petit joueur?]

"L'amour ne passera jamais".

Les unes des grands hebdomadaires se font des billets de Catherine Millet, quand les manchettes des autres sonnent Catherine Middleton.

Diagnostic : Catherine M est sentimentalement schizophrène.

Heureusement, une constante estivale venait rassurer notre raison et notre petit cœur d'artichaut.

Sylvain, saison 6 de L'Amour est dans le pré :
1er épisode, il emballe.
1er épisode et demi, une voix off nous explique sobrement que "Sylvain et Valérie se sont rapprochés cette nuit". On imagine le rapprochement, tant la production a pris soin de laisser branchés les micros juste ce qu'il faut de temps pour que du pré on bascule dans le foin avec le soleil pour témoin.
2ème épisode Valérie s'est, dit-elle, trouvée de nouveaux beaux parents. Et parle mariage et enfants avec son cher et tendre avec qui elle est "en couple depuis deux jours".
"En couple depuis deux jours". Il me semblait ne pas avoir entendu cette expression depuis les couloirs du collège.
J'admirais l'efficacité de l'agriculteur de l'Orne, lorsque, de notre coté, nous freinons tous fers en avant lors d'un diner un peu trop prématuré. Voire d'un verre un peu trop prématuré.

La scène serait des lors des plus improbables.
Premier verre un vendredi soir. Il est charmant. Elle est jolie et enjouée. Ils se plaisent. Oublient volontiers la règle des trois jours. Se revoient le lendemain soir. Dinent. Reprennent un verre. Puis un autre verre. Chez lui. Batifolent dans le foin, ou plutôt dans les plumes. Dimanche matin. Toc toc toc. Sa mère est sur le pallier avec les croissants. Au déjeuner on parle enfants et emprunt sur trente ans. Lundi matin, elle exhibe son annulaire aux yeux envieux de ses collègues de travail.
Alors que vous, le lundi, devant la machine à café, vous en êtes encore à vous interroger sur l'opportunité de le rappeler, après ce verre, vendredi dernier.

Jean-Michel, après une ballade au milieu des chèvres, en est certain : il a trouvé la femme de sa vie.

Loïc, après avoir fait face au regard de la frêle et citadine Marie, se détournant de sa main rugueuse qui en enserrait ses petits doigts fragiles :
"Je suis un peu déçu c'est sûr. Mais Véronique, elle bien pour moi".
La raison a ses raisons que le cœur...
Au moins faisait-elle partie de ses favorites. Contrairement à Maud et Jean-Claude.
"En fait, tu faisais partie de la liste des "non". Et puis il y a eu un désistement. Donc même si t'étais en 20 ben du coup je t'ai demandé de venir". Et le pire, c'est que cela pourrait coller.

"L'amour prend patience [...],
ne se gonfle pas d'orgueil, [...]
il n'entretient pas de rancune, [...]
il espère tout, il endure tout
L'amour ne passera jamais".

Et le témoin de se lever, faisant tinter son verre :
"A Ludivine, ma jolie et tendre cousine, choix numéro 47 sur l'échelle de Guillaume. Qu'ils soient heureux".

6 commentaires:

  1. Comme dirait ma (sage) mère : "En même temps, dans l'Orne y'a pas grand chose à se foutre sous la dent".

    C'est peut-être ça notre souci (enfin le mien en tout cas ! ^^): on a trop de choix, donc on est trop difficile. Cela dit il n'y a pas que des Freddy dans l'amour est dans le pré : Fabien n'est pas mal du tout ;)

    RépondreSupprimer
  2. Moi je reste partisane de Loïc. Faut juste lui apprendre l'art de la douche quotidienne.

    RépondreSupprimer
  3. Mouais pas faux :) Chauvinisme breton ;) Cela dit il n'est pas si mal que ça, faut juste qu'il n'ouvre pas la bouche koa.

    RépondreSupprimer
  4. Tiens, ai-je déjà fait état d'origines bretonnes? Se connait-on chère Claire? :)

    RépondreSupprimer
  5. Pas personnellement :) Je consulte ta page Facebook régulièrement, et une fois tu as répondu à un commentaire sur une photo en disant "C'est chez moi en Bretagne" ;)

    RépondreSupprimer